Puerto Williams : à la découverte du village du bout du monde

La ville de Puerto William a vraiment été un enchantement pour moi. En effet, ce petit port où l’armada chilienne est installée à tout pour plaire. La vie semble s’écouler doucement et sereinement ici. Quand vous discutez avec les habitants, ils vous disent qu’ils y sont bien et si vous leur demandez s’ils vont ailleurs de temps en temps, ils vous répondent souvent qu’ils vont une semaine à Punta Arenas, mais rien de plus. Ils sont biens dans leur petit coin de paradis et ils y restent !

P1080494 (Copier)

J’avais prévu à la base de n’y rester que trois jours, mais finalement j’y suis resté une semaine. Pourquoi ? Pour le cadre merveilleux, la douceur de vivre, les rencontres faites, et puis bien entendu pour la randonnée des dents de Navarino.

P1080519 (Copier)
Centre-ville Puerto William

La ville est toute petite, mais elle a son petit centre-ville charmant, avec ces 5 petites boutiques, et son office du tourisme. Car il faut le dire qu’en plus de la pêche, et de la présence de l’armée, une partie de l’activité de ce village est le tourisme. Dans les activités sympas à faire, il y a forcement le cheval (voir article), du kayak, de la randonnée, du vélo, mais aussi il est possible d’observer les castors. Et là ce qui est surprenant, c’est qu’ils proposent deux types de sorties, une où c’est une observation unique des castors, et l’autre qui est une sortie chasse aux castors ! Regardez même des dessus de chaises peuvent être faite avec les peaux. Oui cela peut paraître un peu horrible comme situation depuis la France, mais il faut savoir qu’ici le castor est considéré comme un nuisible et provoque beaucoup de dégâts. En effet, les castors sont plutôt originaires de régions comme le Canada où les arbres poussent beaucoup plus rapidement qu’en Patagonie et où les arbres sont adaptés à se retrouver les racines dans l’eau.

IMG_20180302_085331_resized_20180316_100122099[4426] (Copier)
Coussin en forme de castor
Dans cette ville, invraisemblable, chaque rue a une vue imprenable sur la baie, ou sur les montagnes… Et dans les rues, on trouve de vieilles voitures, des bateaux, des chiens, et même des chevaux qui se promènent en liberté. Et tout le monde semble trouver cela normal…

P1080481 (Copier)
Rue Puerto Williams

 

On y trouve même une belle église en bois, je ne saurais dire ce qui la rend si charmante, mais je la trouve mignonne comme tout, cette église ! En s’y promenant, on comprend vite l’importance que l’armada chilienne a ici, car l’ensemble des maisons au toit noir sont des maisons appartenant à l’armée, les autres maisons ont des toitures de toutes les couleurs

J’ai pu y rencontrer des gens formidables, comme Paty, une dame qui a un petit hostel, et qui nous a reçu chez elle comme si nous étions de la famille. Elle propose de superbes repas à base de produit frais et locaux (souvent du poisson) et on se sent tout de suite chez soi, à rigoler ensemble !

P1080779 (Copier)
Chaude ambiance au Puzaki

Puerto William, c’est aussi un beau port comme son nom l’indique, avec ses bateaux échoués sur la plage ! Oui, les bateaux sont stockés sur la plage, puis certains sont abandonnés tel qu’ils sont, c’est un foisonnement de couleur et de bateau. Je ne considère pas ces bateaux comme de déchets à proprement parlé, mais cela m’intrigue… Faut-il voir cela comme une décharge à bateau ? Ce n’est pas l’impression que cela me donne… Mais pourrait-on leur donner une seconde vie ? Un des bateaux échoués à Ushuaïa a été reconverti en une petite maison !

P1080485 (Copier)
Bateau port puerto williams

La réutilisation est pourtant importante ! Regardez cette fresque faite uniquement avec des bouchons en plastique ! Plutôt jolie non ? Après vaut-il mieux les recycler plutôt que d’en faire une œuvre d’art, je ne sais pas. La question peut être posée.

P1080482.JPG

Encore plus surprenant, c’est  ce van reconverti en serre ! Je suis hyper fan ! Et si vous regardez bien, il y a même des pots, fait avec des bouteilles en plastique ! C’est la réutilisation jusqu’au bout ! Je pense que j’essayerai de faire des jardinières comme celle-ci en rentrant chez moi ! Faudra que je demande des bouteilles en plastique à des amis, car bien entendu je refuse d’en acheter !

P1080738 (Copier)
Une serre dans un ancien van

Et puis au gré de mes pérégrinations, je suis tombé sur LE bus ! Un de mes films préférés est « Into the wild ». Si vous ne connaissez pas, vous devez absolument le voir, c’est l’histoire d’un américain qui vient d’être diplômé et qui décide de partir et de tout quitter pour voyager aux états-unis. Il finit par découvrir un bus abandonné au milieu de nulle part. Et là : surprise au cours d’une balade à vélo le long de la côte de Puerto William, je suis tombé dessus ! Sur LE bus ! Oui ce n’est pas le bus de Supertramp, mais ça m’a fait penser à lui. C’est unique de trouver un bus comme celui-ci, je ne m’y attendais pas… Mais il était là, au milieu de nulle part… Est-ce qu’il a été déposé là par des amateurs du film ? Est-il tombé en panne ? Est-ce que quelqu’un a essayé de vivre dedans ? Je ne sais pas, je laisse votre imagination faire le reste et répondre à ces questions !

P1080744 (Copier)P1080742 (Copier)

 

 

Un commentaire sur “Puerto Williams : à la découverte du village du bout du monde

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :